Expériences écologiques et naturelles

Biowatching

À l'île d'Elbe, on dit "aller dans la nature", ce qui signifie : faire l'expérience de la nature de l'île à 360 degrés.

Francesco Mezzatesta, expert en éducation environnementale sur l'île d'Elbe, a "inventé" la discipline du biowatching, qui se définit comme "l'observation de la diversité biologique, ou de la nature sous toutes ses formes". Cette nouvelle façon d'appréhender l'observation de la nature est née en 1990, comme une évolution du plus célèbre birdwatching, et s'est répandue dans les années qui ont suivi, grâce notamment à des publications et des livres thématiques, avant d'atteindre sa notoriété et sa pratique actuelles.

Les outils de travail. Jumelles, carnet de notes, appareil photo, vêtements confortables, sac à dos avec de l'eau et un en-cas... Et c'est parti pour l'aventure ! C'est tout ce dont ont besoin les biowatchers, animés par la passion de la nature. Bon, d'accord, pour être honnête, l'été à l'île d'Elbe, il faut aussi un maillot de bain, une serviette de plage et un masque de plongée : impossible de s'approcher de l'eau turquoise, qui est ici à chaque coin de rue, et de ne pas céder à la tentation de faire trempette.

Les coins de l'île sont idéaux pour le biowatching. Vous vous demandez peut-être où, sur l'île d'Elbe, vous pouvez vous adonner à cette activité... Pratiquement partout ! Des plus hauts sommets, où vous vous immergerez dans les paysages des Apennins à la faune et à la flore caractéristiques, aux plages, où vous serez surpris par la quantité d'organismes présents, en passant par les falaises, couvertes de maquis méditerranéen parfumé et, enfin, les profondeurs de la mer, dont la luxuriance vous surprendra parmi les reflets de livrées argentées et de couleurs vives.

Par où commencer ? Pour commencer, la lecture de certains manuels vous sera utile : le Parc lui-même a publié de nombreux cahiers consacrés aux papillons et papillons de nuit, aux orchidées, aux reptiles, aux plantes et aux cétacés. Vous pouvez également vous fier aux experts en la matière et participer à l'une de leurs nombreuses excursions guidées. Il y en a beaucoup au programme, organisées par le Parc et le BAT (Biowatching Arcipelago Toscano), dirigé par Francesco Mezzatesta lui-même. En général, il s'agit de rendez-vous gratuits, mais il est conseillé de réserver !

Sur l'île d'Elbe, le biowatching est possible toute l'année. Chaque saison a ses protagonistes et ses couleurs. Il vous suffit de choisir la saison que vous préférez et de partir à la découverte d'une nature extraordinaire.

Notes de voyage

Jumelles

Carnet de notes

Les parcs

Nature

Mines de Rio Marina

Un emplacement stratégique pour la grande quantité d'hématite et de limonite immédiatement identifiée par l'empereur dès son débarquement sur l'île comme un axe stratégico-militaire.
Localisation : Rio Marina

Plage de Paolina

La plage doit son nom à l’îlot situé à quelques mètres du rivage, lui-même nommé d’après la sœur de Napoléon Bonaparte qui, selon une légende (probablement créée par un entrepreneur touristique dans les années 1960), aimait prendre le soleil sur ces rochers.

Lieu : Marciana

Villa San Martino

Destinée à être une résidence d’été, Napoléon achète la propriété à la famille Manganaro en 1814, avec l’intention de la transformer en une résidence confortable et raffinée qui n’aurait rien à envier aux demeures parisiennes.

Localisation : Località San Martino (Portoferraio)

Villa dei Mulini

Construit en 1724 par le grand-duc Gaston de Médicis, il fut la résidence urbaine de Napoléon lors de son premier séjour sur l’île d’Elbe.

Localisation : Portoferraio

Sanctuaire de Monserrato

Il a été construit en signe de reconnaissance en 1606 par José Pons y León des Ducs d’Arcos, gouverneur espagnol de Naples et premier gouverneur de la place de Longone (qui fait partie de l’État des garnisons). En septembre 1814, Napoléon, accompagné de Pons et de Bertrand, voulut visiter le sanctuaire.

Localisation : Località Monserrato (Portoazzurro)

Musée minéralogique MUM

Si l’économie de l’île repose aujourd’hui sur le tourisme, il n’en reste pas moins que les habitants de San Piero et de la côte ouest (Pomonte) ont vécu et continuent de vivre de leur granit et de leur marbre.

Localisation : San Piero in Campo

Port et tour de la marina de Marciana

Visite du port où Maria Walewska a débarqué et de la tour de guet armée visitée par Napoléon lui-même en 1814.

Localisation : Marciana Marina