Rechercher
Rechercher
Sur les traces de l’Empereur
Expériences de la culture territoriale

Sur les traces de l’Empereur

Offrez-vous des impressions évocatrices en partageant l'atmosphère de Napoléon.

En avril 1814, Napoléon, après avoir signé l'abdication de Fontainebleau, choisit l'île d'Elbe comme lieu de résidence. Ayant conservé le titre d'empereur, il a la pleine souveraineté sur l'île, qui devient sous son autorité une Principauté, une Nation. Il y débarque officiellement avec tous les honneurs le 4 mai 1814.

Les maisons de l'empereur. La Villa dei Mulini, située en hauteur entre les forts Falcone et Stella, dans la commune de Portoferraio, a été choisie par Napoléon comme résidence principale. La description de l'un de ses serviteurs, le mamelouk Ali, est intéressante :

"...située sur la partie la plus élevée de la ville de Portoferrajo, d'un côté elle donnait sur la ville et de l'autre sur la côte du district de Piombino, de ce côté de la maison il y avait un long jardin carré, bordé par un parapet construit sur le rocher, au-delà duquel se trouvait une falaise rugueuse et accidentée qui descendait jusqu'à la mer. L'empereur avait l'habitude de se promener le matin et le soir sur cette terrasse..."

On dit aussi que Napoléon occupait tout le rez-de-chaussée de la villa, composé de huit ou neuf pièces. Un rideau était dressé sur toute la longueur de l'allée et s'ouvrait les jours de soleil lorsque l'Empereur se promenait. En vous promenant le long de ce parapet, vous vous souviendrez de ces suggestions.

La résidence napoléonienne entourée de verdure. La Villa San Martino, la Maison Rustique de l'Empereur, comme il aimait l'appeler, est située à quelques kilomètres de Portoferraio et peut être atteinte à cheval en une demi-heure environ. Ali raconte que Napoléon s'y rendait presque tous les matins :

"...Le logement, bien que d'apparence modeste, était bien distribué avec une grande salle à manger donnant sur la cour et, de l'autre côté, une terrasse et un salon de même taille donnant sur la vallée..."

Napoléon fait modifier les deux résidences et fait appel à un peintre de Turin, Vincenzo Antonio Revelli, pour exécuter les décorations.

L'amour du théâtre. Nous savons que Napoléon aimait le théâtre, et après avoir fait construire un petit théâtre dans la Villa dei Mulini, il décida d'en faire un pour la population et ses officiers. Il utilisa donc les volumes d'une église déconsacrée dédiée à Notre-Dame du Mont-Carmel pour réaliser ce projet. Les travaux commencèrent en 1814 et, en peu de temps, le Teatro dei Fortunati fut construit et inauguré par un somptueux bal en 1815. Aujourd'hui, il s'appelle le Teatro dei Vigilanti et possède toujours trois niveaux de loges.

La forteresse, les murs massifs et les vues enchanteresses. Un autre bâtiment caractéristique de Portoferraio est la forteresse anglaise, récemment restaurée. Commandée par Cosimo III, Grand Duc de Toscane, en 1700, elle a été conçue pour défendre la citadelle en cas d'attaques terrestres et appelée Fort de San Giovanni Battista. Il est situé sur la colline de San Rocco, dans la partie supérieure de la partie moderne de la ville, d'où l'on peut jouir d'une large vue. Au cours de son histoire, le fort a connu de nombreuses vicissitudes : démantelé et reconstruit en fonction de la vision politique et stratégique du moment, il a pris le nom de "Fort anglais" parce que, pendant la domination de 1796, les hommes de l'amiral Nelson s'y sont installés pendant environ neuf mois. Puis à partir de 1802, sous la domination française de Napoléon, il a été rénové et réarmé. Il a ensuite été agrandi et renforcé avec davantage de canons et d'hommes de garnison. On dit aussi qu'il y avait des passages secrets reliant le fort à des voies d'évacuation. Aujourd'hui, il a été entièrement restauré et vous offrira des impressions suggestives des derniers siècles d'histoire.

Notes de voyage

Villa dei Mulini

Forte Stella

Villa San Martino

Théâtre des Vigilanti

Napoléon