Un battement d’ailes pour chaque fleur
Expériences écologiques et naturelles

Un battement d’ailes pour chaque fleur

Délicats mais robustes, multicolores ou camouflés : les papillons de l'île d'Elbe sont tous différents et distinctifs, mais tout aussi extraordinaires.

De mars à novembre, des millions d'ailes colorent l'air aux senteurs méditerranéennes. Aussi petits que sophistiqués dans l'art du vol, chacun avec sa couleur et son motif, les papillons illuminent l'atmosphère de l'île. La grande variété d'espèces a fait de l'île d'Elbe une excellente plate-forme d'observation, attirant des experts internationaux et des réunions ultérieures sur le sujet.

Les papillons les plus communs sur l'île d'Elbe. Parmi les diurnes, vous aurez la chance de croiser le Jason et le Macaon, mais aussi le Silvanus bleu et le Vanessa du chardon, qui se détend après sa traversée méditerranéenne de l'Afrique jusqu'à nous. Perdez-vous dans les sentiers entourés d'hélichrysum à la poursuite d'une Cléopâtre, et rejoignez la plage la plus proche pour observer l'Atalante Vanessa. La nuit, vous pourrez découvrir le royaume des papillons de nuit : du plus petit à l'imposant Saturnia del Pero, dont la vie ne dure qu'un été, après une longue et paisible existence de chenille frugivore.

A la découverte du Sanctuaire des papillons. Sur la crête reliant le Monte Perone au sommet du Capanne, vous trouverez un sentier interactif avec des stations fixes explicatives. Des photos et des informations vous accompagneront dans votre découverte des habitants ailés de la région qui, attirés par la concentration de leurs inflorescences préférées, ont choisi ce lieu pour y élire domicile. Le Sanctuaire Faralle est dédié à Ornella Casnati, une jeune naturaliste sensible, malheureusement décédée prématurément, qui a réussi à capturer l'essence et le naturel de ces belles créatures avec son appareil photo.

Exploration de l'île d'Elbe à la recherche d'endémismes et de raretés. Sur l'île - et seulement sur l'île - vit le Coenonympha elbana, rares sont les apparitions de la merveilleuse Zerinthya polyxena. Quoi qu'il en soit, vous pourrez les reconnaître en utilisant les Cahiers du Parc et les panneaux d'information disséminés le long des sentiers naturels, ou en participant à l'une des nombreuses excursions thématiques organisées pendant le Festival del Camminare (Festival de la marche), avec des experts à votre disposition.

Car ceux que nous venons de citer ne sont que quelques-uns des papillons que l'on peut rencontrer sur l'île d'Elbe, dans sa nature simple et vitale. Il suffit de se laisser porter par le parfum des fleurs et de partir pour une aventure passionnante et colorée.

Notes de voyage

Giasone

Macaone

Mites

Cahiers du parc

Mines de Rio Marina

Un emplacement stratégique pour la grande quantité d'hématite et de limonite immédiatement identifiée par l'empereur dès son débarquement sur l'île comme un axe stratégico-militaire.
Localisation : Rio Marina

Plage de Paolina

La plage doit son nom à l’îlot situé à quelques mètres du rivage, lui-même nommé d’après la sœur de Napoléon Bonaparte qui, selon une légende (probablement créée par un entrepreneur touristique dans les années 1960), aimait prendre le soleil sur ces rochers.

Lieu : Marciana

Villa San Martino

Destinée à être une résidence d’été, Napoléon achète la propriété à la famille Manganaro en 1814, avec l’intention de la transformer en une résidence confortable et raffinée qui n’aurait rien à envier aux demeures parisiennes.

Localisation : Località San Martino (Portoferraio)

Villa dei Mulini

Construit en 1724 par le grand-duc Gaston de Médicis, il fut la résidence urbaine de Napoléon lors de son premier séjour sur l’île d’Elbe.

Localisation : Portoferraio

Sanctuaire de Monserrato

Il a été construit en signe de reconnaissance en 1606 par José Pons y León des Ducs d’Arcos, gouverneur espagnol de Naples et premier gouverneur de la place de Longone (qui fait partie de l’État des garnisons). En septembre 1814, Napoléon, accompagné de Pons et de Bertrand, voulut visiter le sanctuaire.

Localisation : Località Monserrato (Portoazzurro)

Musée minéralogique MUM

Si l’économie de l’île repose aujourd’hui sur le tourisme, il n’en reste pas moins que les habitants de San Piero et de la côte ouest (Pomonte) ont vécu et continuent de vivre de leur granit et de leur marbre.

Localisation : San Piero in Campo

Port et tour de la marina de Marciana

Visite du port où Maria Walewska a débarqué et de la tour de guet armée visitée par Napoléon lui-même en 1814.

Localisation : Marciana Marina