Mines, granites et minéraux

Mines, granites et minéraux

La randonnée des pierres

Les mines

Le rouge du fer, l'or de la pyrite et l'argent de l'hématite, jusqu'aux mille nuances du granit. L'île d'Elbe est un voyage à travers les couleurs des pierres, qui ont toujours été conservées dans le ventre de l'île et extraites, depuis les Étrusques jusqu'à il y a une poignée d'années, de gisements inépuisables, si inépuisables qu'ils semblent éternels.

Fermées en 1981 après près de deux mille ans d'activité, les mines ferreuses de l'île d'Elbe sont aujourd'hui ouvertes et peuvent être visitées : #Elbaunderground c'est aller sous terre pour découvrir ce qui est encore considéré comme l'un des plus grands bassins miniers du monde, avec plus de 200 variétés de minéraux présents à la surface de l'île et plus d'un vingtième de tous les minéraux de la terre, c'est embarquer pour un véritable voyage à travers l'histoire et la science.

Le tourisme minier représente aujourd'hui l'une des frontières les plus fascinantes des visites "expérientielles" dans lesquelles le touriste ne se contente pas de voir, mais s'implique personnellement à travers des activités immersives : de la visite des galeries à la collecte des minéraux, du parcours de randonnée minéralogique à la visite des usines de traitement de la pierre. Avec des panoramas toujours différents : le côté est de l'île, celui qui fait face à la botte, est dominé par les gisements de fer ; le côté ouest, qui regarde vers la mer Tyrrhénienne et la Corse, par la pierre granitique, qui est encore en cours d'extraction. Le tout encadré par la mer, toujours à portée de main du visiteur tout au long de son séjour sur l'île.

Le fer du Mont Calamita

L'itinéraire commence à Monte Calamita, dans la mine de magnétite de Ginevro, la seule mine à tunnel encore ouverte aux visiteurs sur l'île. Il s'agit du plus grand gisement d'Europe et il est considéré comme une réserve stratégique de fer par l'État italien, à tel point qu'il est encore protégé en raison de son importance.

Équipé d'un casque et d'un esprit d'aventure, avec l'aide de guides, vous pouvez descendre "dans le ventre de l'île" et vous immerger dans une visite expérientielle. Comment vivaient les mineurs ? Quelles coutumes imprégnaient la petite communauté dédiée à l'excavation ? Que signifiait travailler sous terre ? La visite répond à ces questions et à d'autres, dans un itinéraire articulé le long des tunnels et des zones communes de la mine, où l'on aura plus d'une fois l'impression que l'activité est toujours en cours, notamment grâce à la présence d'instruments laissés sur place immédiatement après la fermeture dans les années 1980.

Le granit de San Piero

Une autre étape incontournable est San Piero, à l'ouest de l'île, dominée par le granit. Ici, accompagnés de guides experts lors d'excursions dans la partie la plus sauvage de l'île, vous pourrez en apprendre davantage sur l'extraction et le travail de la pierre, qui a marqué l'histoire de l'architecture. Il suffit de rappeler que les sept colonnes colossales du Panthéon de Rome (12 mètres de haut et 1,5 mètre de diamètre) ont été réalisées en granit de Seccheto. Mais le granit d'Elbe à Rome se trouve également sous le Quirinal, au Palatin et au Colisée, ce qui témoigne de l'importance que les anciens Romains accordaient à cette carrière de pierre précieuse.

Selon certains spécialistes, on trouve également une trace de l'île d'Elbe dans la cathédrale d'Aix-la-Chapelle, notamment dans les 18 colonnes apportées en Allemagne par Sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin, et transférées dans l'église par Charlemagne. En Italie, le granit de l'île est présent dans la cathédrale et le baptistère de Pise, ainsi que dans les jardins de Boboli, l'autel de San Lorenzo et la chapelle des Princes à Florence. Cette pierre est toujours prisée par les architectes et les décorateurs d'intérieur pour sa durabilité.

La plus ancienne mine de l'île, Rio Marina, et les sites miniers.

Le voyage se termine par une exploration des anciens chantiers et des musées dédiés. Une étape incontournable est Rio Marina, la plus ancienne mine de l'île d'Elbe, où les fouilles ont commencé à l'époque étrusque-romaine et se sont poursuivies presque sans interruption jusqu'à la période industrielle. Ce qui frappe à Rio, ce sont les couleurs : la roche vivante brille sous le soleil, se mêlant au rouge sang et au jaune ocre qui s'étendent et s'enfoncent dans une mer turquoise. Il est également possible de visiter le musée de la mine, qui se poursuit à Rio nell'Elba dans le musée archéologique du district minier d'Elban, auquel il faut ajouter les visites guidées des sites miniers de Bacino, Valle Giove, Falcacci et du site minier de Conche. À Capoliveri, avec les visites du musée de la Vecchia Officina et des sites miniers de Vallone et Ginevro, et enfin au MUM, le musée minéralogique et gemmologique de San Piero, pour découvrir le monde merveilleux du granit.

Les sentiers de tekking à la recherche de minéraux. Une expérience familiale

Passionné par les minéraux ? Vous êtes à la recherche d'une nouvelle expérience qui intéressera les enfants et passionnera les adultes ? Vous avez toujours rêvé de vous essayer à la recherche de pierres précieuses, piolet et sac à la main ? C'est l'expérience qu'il vous faut ! Les mines de l'île proposent des itinéraires et des excursions adaptés aux familles où, en compagnie de guides expérimentés, vous pourrez vous sentir géologue le temps d'une journée en découvrant et en collectant des minéraux de première main.
La collecte de minéraux dans les mines est une véritable aventure, amusante et passionnante, à commencer par le cadre lui-même, à mi-chemin entre la surface lunaire et un jet de pierre de la mer. La terre brille et c'est là que commence le défi de chercher des minéraux de différentes époques, formations et formes.
L'itinéraire est accessible à pied ou, pour les plus aventureux, en e-bike, qui se transforme en minibike pour l'occasion, ou en véhicule militaire tout-terrain de type safari.

Les familles qui préfèrent le "slow pace" peuvent opter pour la visite de la zone minière en petit train : en 80 minutes environ, grâce à un confortable petit train en caoutchouc, à travers la terre rouge dans un paysage presque martien, vous découvrirez la mine la plus importante et la plus ancienne de l'île d'Elbe pour une excursion inoubliable à Valle Giove, dans les mines de Rio Marina. Pendant le voyage, il est possible de descendre à la recherche d'échantillons de pyrite et d'hématite à conserver et à collecter.
Pour ceux qui souhaitent choisir un moyen de transport plus naturel, il y a les sentiers des ânes le long des routes du granit, qui permettent de découvrir la côte ouest à dos d'âne, le même moyen utilisé depuis l'antiquité jusqu'au milieu du siècle dernier pour parcourir les chemins les plus inaccessibles de l'île.

Trekking et tourisme de nature

Les mines sont également un formidable prétexte pour les amateurs de trekking. En suivant les "veines minières" qui sillonnent le corps de l'île, l'île d'Elbe offre de nombreux itinéraires adaptés à tous les types d'expérience sportive.
La route du granit, qui commence et se termine à San Piero, est accessible à tous. Elle mène aux carrières par plusieurs chemins de terre et offre une vue splendide sur l'île du Giglio et le Monte Cristo (3 km, facile). D'autres parcours le long de la Route du Granit permettent de visiter les carrières encore en activité ou d'arriver aux sites archéologiques.
Un autre itinéraire relie les mines de Rio Marina : ici, outre la visite des sites miniers, on a souvent l'occasion de rencontrer en personne la faune de l'île, comme les sangliers, les lièvres et les perdrix rouges.
Pour les randonneurs les plus exigeants, les mines de Calamita offrent différents itinéraires qui peuvent être modulés en fonction du niveau d'expérience et du temps que l'on souhaite consacrer à la visite : des itinéraires plus faciles (Macei le minerai de fer, 2 km, durée 1,5 heure ; Du musée à la mer, 2,5 km, durée 1,5 heure ; L'ancien chemin de fer, 7 km, durée 3 heures) à ceux d'intensité moyenne (Anneau de Calamita, 11,5 km. durée 3,5 heures) ou ceux de plus longue durée, pour les randonneurs entraînés (Chemin des mineurs, 9 km, durée 5 heures).

Mines de Rio Marina

Un emplacement stratégique pour la grande quantité d'hématite et de limonite immédiatement identifiée par l'empereur dès son débarquement sur l'île comme un axe stratégico-militaire.
Localisation : Rio Marina

Plage de Paolina

La plage doit son nom à l’îlot situé à quelques mètres du rivage, lui-même nommé d’après la sœur de Napoléon Bonaparte qui, selon une légende (probablement créée par un entrepreneur touristique dans les années 1960), aimait prendre le soleil sur ces rochers.

Lieu : Marciana

Villa San Martino

Destinée à être une résidence d’été, Napoléon achète la propriété à la famille Manganaro en 1814, avec l’intention de la transformer en une résidence confortable et raffinée qui n’aurait rien à envier aux demeures parisiennes.

Localisation : Località San Martino (Portoferraio)

Villa dei Mulini

Construit en 1724 par le grand-duc Gaston de Médicis, il fut la résidence urbaine de Napoléon lors de son premier séjour sur l’île d’Elbe.

Localisation : Portoferraio

Sanctuaire de Monserrato

Il a été construit en signe de reconnaissance en 1606 par José Pons y León des Ducs d’Arcos, gouverneur espagnol de Naples et premier gouverneur de la place de Longone (qui fait partie de l’État des garnisons). En septembre 1814, Napoléon, accompagné de Pons et de Bertrand, voulut visiter le sanctuaire.

Localisation : Località Monserrato (Portoazzurro)

Musée minéralogique MUM

Si l’économie de l’île repose aujourd’hui sur le tourisme, il n’en reste pas moins que les habitants de San Piero et de la côte ouest (Pomonte) ont vécu et continuent de vivre de leur granit et de leur marbre.

Localisation : San Piero in Campo

Port et tour de la marina de Marciana

Visite du port où Maria Walewska a débarqué et de la tour de guet armée visitée par Napoléon lui-même en 1814.

Localisation : Marciana Marina