Voyage dans le monde animal

Voyage dans le monde animal

Flamants, cétacés, oiseaux de proie, abeilles industrieuses, papillons élégants

Aujourd'hui, l'île d'Elbe est le cœur du parc national de l'archipel toscan, une zone protégée de quelque 180 kilomètres carrés, et la réserve de biosphère MaB de l'UNESCO, un programme prestigieux consacré aux ressources de la biosphère et à la protection des réserves naturelles.

Ici, au milieu des senteurs du maquis méditerranéen, l'île abrite une faune vivante et originale : des flamants roses aux fiers oiseaux de proie, comme le faucon pèlerin, en passant par les abeilles industrieuses ; du petit lézard des murailles, endémique de l'île, aux papillons colorés.
Ces créatures fascinantes sont les hôtes et les protagonistes du Sanctuaire des papillons, créé dans une zone proche du Monte Capanne. Un parcours thématique qui raconte la vie des papillons, un monde magique où les prés et les rochers s'animent au rythme des battements d'ailes des Lycaeides villai et des Coenonympha elbana, deux espèces endémiques des îles toscanes. Un lieu où se rencontrent des spécimens fragiles et splendides, défini comme un "sanctuaire" en raison de son caractère sacré, qui constitue un environnement idéal pour la vie de ces papillons uniques et où l'on a enregistré la présence de plus de 50 espèces, dont certaines sont très particulières et différentes de celles que l'on trouve dans les zones voisines.

Parmi les plus incroyables, citons le Cleopatra aux couleurs vives, le Tecla du chêne aux ailes bleu foncé, le Jason coloré et élégant, le Podalirio et le Macaone. En outre, on a observé la Vanessa multicolore, qui n'avait pas été enregistrée à l'île d'Elbe depuis 1916 et était désormais considérée comme éteinte ! En 2019, grâce au travail d'un groupe de chercheurs, de Legambiente, du Parc national et de l'association culturelle le Macinelle, une nouvelle zone du Sanctuaire des papillons a été inaugurée : l'Oasis des papillons de San Piero, la seule zone au monde où vit le rare papillon de San Piero, grâce à la présence de ses plantes nourricières, les Aristolochies.

En continuant à voler à travers la nature de l'île d'Elbe, nous arrivons à l'Orto dei semplici de l'Ermitage de Santa Caterina, où "l'homme qui murmure à l'oreille des abeilles" - Roberto Ballini, né en 1944, ancien cycliste professionnel - s'occupe des ruches. Au fil des ans, Ballini a mis au point un système de communication avec les précieux pollinisateurs qui distingue deux fréquences sonores différentes. Grâce à ces modulations vocales, il est en mesure de converser avec eux en leur donnant des instructions simples, en harmonie avec l'incroyable biodiversité de l'Orto dei Semplici, un lieu quasi mystique d'une grande essentialité qui conserve des spécimens de plantes originaires de l'île, dont six variétés rares de fruits originaires de l'île d'Elbe, comme le Pero Angelica dell'Elba ou le Pesco Sanguigno settembrembrino dell'Elba.

Le milieu marin de l'île, préservé et traversé par des courants riches en nourriture, abrite une étonnante variété de formes de vie. Dès le rivage, on peut apercevoir les premiers petits poissons, puis, en nageant au large avec un masque, on peut admirer des prairies de posidonies, des rougets de roche et des demoiselles ; des poulpes ondulants et des hippocampes ; des turbots et des barracudas ; des poissons-lunes, des gorgones et des langoustes. Mais les vedettes de la mer sont les cétacés, comme les sténelles et les grands dauphins, qui sont souvent aperçus autour de l'île et qui, avec un peu de chance, peuvent également être admirés de près lors d'agréables promenades en bateau.

L'île est également un point de référence pour les ornithologues grâce à son avifaune extrêmement riche composée d'oiseaux résidents et migrateurs. Parmi les milieux les plus riches, citons le Capo d'Enfola, où les falaises offrent un abri aux oiseaux et sont parfaites pour accueillir les nids du goéland argenté ; le Monte Capanne et le Monte Serra, lieux idéaux pour observer le vol somptueux des oiseaux de proie. Parmi ceux qui nichent sur l'île, il convient de mentionner le prédateur aux ailes les plus rapides, le faucon pèlerin, mais aussi l'effraie des clochers, le faucon crécerelle, la chouette chevêche et la buse. Les colonies de pies et de goélands corses sont également très intéressantes. Preuve de l'importance des ressources biologiques de l'île d'Elbe, le bassin des anciennes salines de San Giovanni accueille à nouveau des flamants roses, déjà observés les années précédentes, confirmant une fois de plus la richesse de la vie dans la zone de la baie de Portoferraio, également peuplée de hérons, de vanneaux et de courlis cendrés.

Non moins précieux, le Monte Calamita et le Monte Capanne, déjà mentionné, sont des sites d'une grande importance pour leur valeur naturaliste. Depuis toujours, Calamita est reconnu comme un lieu de fascination absolue pour la rareté des espèces qu'il abrite : on peut y observer des chèvres et des lièvres sauvages parmi les arbustes du maquis méditerranéen, tandis que du sommet, il est possible de voir l'une des plus grandes colonies de goélands argentés (Punta Calamita est également connue sous le nom de Costa dei Gabbiani, en raison de la présence de nombreux nids). Sur la Capanne, en revanche, il est possible de rencontrer des martres le long des sentiers qui, à certaines saisons de l'année, offrent le spectacle de la floraison de la viola corsica ilvensis, une espèce endémique de l'île d'Elbe.

Mines de Rio Marina

Un emplacement stratégique pour la grande quantité d'hématite et de limonite immédiatement identifiée par l'empereur dès son débarquement sur l'île comme un axe stratégico-militaire.
Localisation : Rio Marina

Plage de Paolina

La plage doit son nom à l’îlot situé à quelques mètres du rivage, lui-même nommé d’après la sœur de Napoléon Bonaparte qui, selon une légende (probablement créée par un entrepreneur touristique dans les années 1960), aimait prendre le soleil sur ces rochers.

Lieu : Marciana

Villa San Martino

Destinée à être une résidence d’été, Napoléon achète la propriété à la famille Manganaro en 1814, avec l’intention de la transformer en une résidence confortable et raffinée qui n’aurait rien à envier aux demeures parisiennes.

Localisation : Località San Martino (Portoferraio)

Villa dei Mulini

Construit en 1724 par le grand-duc Gaston de Médicis, il fut la résidence urbaine de Napoléon lors de son premier séjour sur l’île d’Elbe.

Localisation : Portoferraio

Sanctuaire de Monserrato

Il a été construit en signe de reconnaissance en 1606 par José Pons y León des Ducs d’Arcos, gouverneur espagnol de Naples et premier gouverneur de la place de Longone (qui fait partie de l’État des garnisons). En septembre 1814, Napoléon, accompagné de Pons et de Bertrand, voulut visiter le sanctuaire.

Localisation : Località Monserrato (Portoazzurro)

Musée minéralogique MUM

Si l’économie de l’île repose aujourd’hui sur le tourisme, il n’en reste pas moins que les habitants de San Piero et de la côte ouest (Pomonte) ont vécu et continuent de vivre de leur granit et de leur marbre.

Localisation : San Piero in Campo

Port et tour de la marina de Marciana

Visite du port où Maria Walewska a débarqué et de la tour de guet armée visitée par Napoléon lui-même en 1814.

Localisation : Marciana Marina