Île de Giannutri

Île de Giannutri

L'île archéologique par excellence : toute sa partie sud est occupée par la grande villa maritime

Giannutri-Map

L'île a connu une occupation importante pendant la période romaine, entre la fin de la République et l'Empire, lorsque la famille Enobarbi l'a choisie comme base pour l'une de ses villas maritimes (avec celles de Saraceno sur le Giglio et de Santa Liberata près de Porto Santo Stefano). L'énorme étendue du complexe occupait toute la partie orientale de l'île, distribuant dans son maquis méditerranéen des structures productives et fonctionnelles, comme les citernes et les étangs à poissons, ainsi que des parties de la partie résidentielle, comme les péristyles, les chambres, les salles de réception et les latrines. Après les splendeurs de l'époque romaine, l'île est restée inhabitée pendant de nombreux siècles, en raison de sa situation en pleine mer et de son relief presque plat qui ne permettait pas de créer des abris naturels en cas d'attaques de pirates. Les pirates eux-mêmes y débarquaient souvent pour trouver des caches temporaires dans les grottes de l'île, en préparation des assauts vers la côte toscane. Intégrés à l'État des Presidi dans la seconde moitié du XVIe siècle, les souverains espagnols ont étudié la possibilité de construire un système de défense sur Giannutri, mais ces projets n'ont jamais été concrétisés. Au lieu de cela, le Forte della Scoperta a été construit au début du XIXe siècle par les Français pendant la période napoléonienne, en collaboration avec les régents du royaume d'Étrurie, mais il n'en reste aucune trace. En 1861, alors que l'île faisait partie du Royaume d'Italie, un phare fut construit le long de la côte sud pour signaler l'île la nuit aux navires de passage. Finalement, l'île fut attribuée à la commune d'Isola del Giglio, dans la province de Grosseto. Le riche mobilier en marbre, associé aux grands volumes monumentaux des pièces, a attiré les chercheurs et les passionnés d'archéologie sur l'île depuis le XIXe siècle. Les fouilles des structures auxquelles ils ont consacré leur vie ont été effectuées avec amour et dévouement, plongés dans la contemplation du passé.
Nombreux sont ceux qui tombèrent sous le charme de Giannutri : en premier lieu l'ancien Garibaldino Adami et sa compagne Marietta qui, séduits par cette paix, décidèrent de passer leurs jours en exil volontaire sur la petite île, en compagnie des mouettes, de la mer cristalline et des vestiges de la grande villa romaine qui avait appartenu à Néron.

Mines de Rio Marina

Un emplacement stratégique pour la grande quantité d'hématite et de limonite immédiatement identifiée par l'empereur dès son débarquement sur l'île comme un axe stratégico-militaire.
Localisation : Rio Marina

Plage de Paolina

La plage doit son nom à l’îlot situé à quelques mètres du rivage, lui-même nommé d’après la sœur de Napoléon Bonaparte qui, selon une légende (probablement créée par un entrepreneur touristique dans les années 1960), aimait prendre le soleil sur ces rochers.

Lieu : Marciana

Villa San Martino

Destinée à être une résidence d’été, Napoléon achète la propriété à la famille Manganaro en 1814, avec l’intention de la transformer en une résidence confortable et raffinée qui n’aurait rien à envier aux demeures parisiennes.

Localisation : Località San Martino (Portoferraio)

Villa dei Mulini

Construit en 1724 par le grand-duc Gaston de Médicis, il fut la résidence urbaine de Napoléon lors de son premier séjour sur l’île d’Elbe.

Localisation : Portoferraio

Sanctuaire de Monserrato

Il a été construit en signe de reconnaissance en 1606 par José Pons y León des Ducs d’Arcos, gouverneur espagnol de Naples et premier gouverneur de la place de Longone (qui fait partie de l’État des garnisons). En septembre 1814, Napoléon, accompagné de Pons et de Bertrand, voulut visiter le sanctuaire.

Localisation : Località Monserrato (Portoazzurro)

Musée minéralogique MUM

Si l’économie de l’île repose aujourd’hui sur le tourisme, il n’en reste pas moins que les habitants de San Piero et de la côte ouest (Pomonte) ont vécu et continuent de vivre de leur granit et de leur marbre.

Localisation : San Piero in Campo

Port et tour de la marina de Marciana

Visite du port où Maria Walewska a débarqué et de la tour de guet armée visitée par Napoléon lui-même en 1814.

Localisation : Marciana Marina