Île de Montecristo

Île de Montecristo

Difficile d'accès, mais ses photos nous montrent l'un des rares territoires où les cycles naturels se succèdent encore sans être perturbés par l'homme.

Montecristo-Map

Montecristo est la quatrième plus grande île de l'archipel toscan, avec une superficie de 10,4 kilomètres carrés. L'île est actuellement inhabitée et fait l'objet d'une réserve intégrale.
L'histoire de Montecristo plonge ses racines dans le néolithique, entre le VIe et le Ve millénaire avant J.-C., époque à laquelle semblent remonter des fragments de poterie et un artefact en silex trouvés près de Cala Maestra. Peu d'éléments permettent de définir l'histoire de Montecristo à l'époque étrusque et romaine. Nous connaissons des naufrages de navires honorifiques à proximité de ses eaux (IIIe siècle av. J.-C.) et nous avons quelques preuves écrites d'objets trouvés au XIXe siècle à Cala Maestra, tels qu'un fragment de verre, des scories de fer et un fragment de sol en marbre, qui pourraient correspondre à une villa maritime sur le modèle de celles que l'on trouve sur d'autres îles de l'archipel toscan. D'autres informations sont disponibles à partir du Ve siècle après J.-C., lorsqu'un monastère et une chapelle ont été construits dans la grotte où Saint Mamiliano a vécu alors qu'il fuyait les Vandales et où, selon la légende, se trouvait également son mystérieux trésor. Des sources écrites décrivent l'édification du monastère sur les vestiges d'un temple romain dédié à Jupiter, sans que l'archéologie n'ait apporté de preuves concrètes pour corroborer ces informations.
L'île a été habitée jusqu'en 1553, bien qu'elle ait fait l'objet de nombreux raids de pirates. Lors de la dernière attaque de Dragut, le monastère de Montecristo fut définitivement abandonné et l'île devint un repaire de pirates pendant de nombreuses années. Les tentatives ultérieures de repeuplement, qui se sont poursuivies jusqu'au XIXe siècle, n'ont jamais été couronnées de succès.

Mines de Rio Marina

Un emplacement stratégique pour la grande quantité d'hématite et de limonite immédiatement identifiée par l'empereur dès son débarquement sur l'île comme un axe stratégico-militaire.
Localisation : Rio Marina

Plage de Paolina

La plage doit son nom à l’îlot situé à quelques mètres du rivage, lui-même nommé d’après la sœur de Napoléon Bonaparte qui, selon une légende (probablement créée par un entrepreneur touristique dans les années 1960), aimait prendre le soleil sur ces rochers.

Lieu : Marciana

Villa San Martino

Destinée à être une résidence d’été, Napoléon achète la propriété à la famille Manganaro en 1814, avec l’intention de la transformer en une résidence confortable et raffinée qui n’aurait rien à envier aux demeures parisiennes.

Localisation : Località San Martino (Portoferraio)

Villa dei Mulini

Construit en 1724 par le grand-duc Gaston de Médicis, il fut la résidence urbaine de Napoléon lors de son premier séjour sur l’île d’Elbe.

Localisation : Portoferraio

Sanctuaire de Monserrato

Il a été construit en signe de reconnaissance en 1606 par José Pons y León des Ducs d’Arcos, gouverneur espagnol de Naples et premier gouverneur de la place de Longone (qui fait partie de l’État des garnisons). En septembre 1814, Napoléon, accompagné de Pons et de Bertrand, voulut visiter le sanctuaire.

Localisation : Località Monserrato (Portoazzurro)

Musée minéralogique MUM

Si l’économie de l’île repose aujourd’hui sur le tourisme, il n’en reste pas moins que les habitants de San Piero et de la côte ouest (Pomonte) ont vécu et continuent de vivre de leur granit et de leur marbre.

Localisation : San Piero in Campo

Port et tour de la marina de Marciana

Visite du port où Maria Walewska a débarqué et de la tour de guet armée visitée par Napoléon lui-même en 1814.

Localisation : Marciana Marina